Accueil/Blogue /Les freins à l’adoption de l’infonuagique en construction

Les freins à l’adoption de l’infonuagique en construction

Image construction infonuagique

Selon les derniers constats du Centre d’études et de recherches pour l’avancement de la construction, la transition vers le numérique est bien amorcée au Québec. On observe bel et bien une hausse de l’utilisation des applications mobiles, notamment pour la gestion du chantier.

Les deux dernières décennies ont apporté plusieurs avancées, notamment pour le BIM (Building Information Modeling). Des outils permettent maintenant d’automatiser un grand nombre de processus et de gagner un temps précieux. Toutefois, leur adoption présente certains défis.

Passer du papier à la tablette

L’évolution vers les nouvelles technologies s’effectue en plusieurs stades :

  1. La consultation de documents numériques. À ce niveau, les intervenants visualisent et annotent des documents numérisés, souvent de format PDF.
  2. Le partage de documents. Un outil de partage sur un serveur infonuagique est implanté et utilisé, par exemple DropBox.
  3. La communication à distance. Les intervenants font des vidéos-conférences ou échangent avec des outils comme Skype.
  4. La complète intégration des TI. Les projets qui utilisent le BIM s’inscrivent dans cette étape ultime de l’intégration des technologies en construction.

Quelle que soit la plateforme, les applications qui fonctionnent grâce au « cloud computing » (ou infonuagique) permettent la mise en commun de ressources informatiques du projet. Les documents y sont stockés et peuvent ensuite être disponibles via différentes applications qui offrent des fonctionnalités supplémentaires.

Qu’est-ce qui freine l’utilisation des technologies mobiles et infonuagiques?

Aujourd’hui, il n’existe pas encore d’application qui couvre tous les besoins du cycle de vie d’un projet. Cela est un obstacle important pour les firmes qui souhaitent collaborer et standardiser les procédures. De plus, il faut souligner l’opposition entre la standardisation et le côté unique de chaque projet de construction. En effet, même deux tours identiques n’auront pas la même fondation, car elles reposent sur des sols différents. Par conséquent, l’automatisation peut difficilement se mettre en place.

Ensuite, sur le plan légal, la sécurité et l’archivage de l’information représentent un élément important du casse-tête. La confidentialité des données est un enjeu de taille et les entreprises sont parfois méfiantes vis-à-vis de la sécurité offerte par les services d’infonuagique. D’autre part, l’information doit être archivée et conservée afin de pouvoir être utilisée au besoin au niveau légal. Les fournisseurs informatiques sont-ils tous en mesure de garantir cet accès des années plus tard?

Les différents acteurs de l’industrie nomment également le manque de temps comme obstacle à l’apprentissage de nouveaux processus. La peur de ne pas maîtriser les outils et de commettre des erreurs représente d’autres facteurs limitants.

Le niveau d’aisance avec les technologies et la résistance aux changements nuisent aussi au déploiement des technologies mobiles et infonuagiques en construction. Enfin, il existe plusieurs autres freins comme le fait que certains outils ne soient disponibles qu’en anglais ou qu’ils ne fonctionnent que sur certains appareils (iPhone vs Android, par exemple).

Selon le guide Construction 2.0, les plus grands freins à l’utilisation des technologies sont, dans l’ordre :

  1. Le manque de temps pour évaluer les applications
  2. La résistance aux changements
  3. Le manque d’expérience des utilisateurs
  4. Le fait de ne pas trouver les fonctionnalités voulues
  5. Le coût élevé des applications logicielles
  6. Le manque de soutien de la haute direction
  7. Le coût des mises à jour des licences de logiciels
  8. Le manque de coordination

Chez Consortech, nous encourageons l’utilisation des technologies infonuagiques et du BIM en raison de tous les avantages qu’ils apportent : réduction des risques, diminution des pertes de temps, meilleur suivi, productivité accrue, etc. Si vous êtes en train d’évaluer différentes technologies pour vos projets de construction, notre équipe expérimentée saura vous conseiller. Contactez-nous!

icon-info-gros
Envie d'en savoir plus ?
Envoyer par courrielImprimer
AutodeskSafe SoftwareCodebook

Partenaires

Autodesk
Consortech
6300 Auteuil. Bureau 505
Brossard (Québec)
J4Z 3P2  Canada
Sans frais
1 888 276-0543
Suivez-nous sur LinkedIn
ConsortechGroupe d'intérêt ETLGroupe d'intérêt BâtimentGroupe d'intérêt Infra